Menu =)

Comment le soutien gorge fait tomber les seins...

image : stades chute seins

PORTER UN SOUTIEN-GORGE AU QUOTIDIEN PERMET-IL RÉELLEMENT DE RALENTIR LA CHUTE DES SEINS ? Au delà d'une norme sociale, le port du soutien-gorge, largement répandu chez les femmes occidentalisées, entretient la croyance selon laquelle il serait bénéfique pour la tenue de la poitrine... pourtant sans aucunes preuves! Au contraire, plusieurs études, dont celle de Jean-Denis Rouillon, prouvent tout le contraire : porter un soutien-gorge a tendance à les faire chuter plus vite.

Votre attention s'il vous plaît! Nous allons travailler ici à déconstruire l'un des plus grands mythes de notre société de consommation, rien de moins! Les soutien-gorges sont utilisés dans l'intention de protéger les seins de la pesanteur et des chocs, dans l'espoir de ralentir leur chute (c'est ce que l'on appelle aussi la ptôse mammaire). L'idée étant de maintenir la poitrine la plus immobile possible afin de la protéger des étirements qui seraient provoqués par la gravité et les forces de mouvement (lors surtout des activités physiques). Voila pour la théorie.

"Porter régulièrement un soutien-gorge empêche (ou au moins ralentit) la chute des seins."

Le mythe du soutien-gorge

Réalité : Absolument pas! C'est même tout le contraire qui se produit! Nous allons voir en quoi le fait de porter quotidiennement des soutien-gorges favorise la chute des seins. Je vais vous en expliquer les raisons.

Les idées reçues...

Avant de commencer nos explications, voici en substance ce que l'on peut fréquemment entendre autours de soi et lire sur le web lorsqu'on discute de son utilité :

"Le soutien-gorge fait tomber les seins? [stupeur] Pourtant j'ai toujours entendu qu'il les préservait justement plus longtemps de la chute...!"

"Moi j'ai mal si je n'en porte pas! C'est juste impossible de vivre sans... surtout avec mon 95E !!"

"À l'aide, j'ai 20 ans et ma poitrine commence déjà à tomber... je porte pourtant de très bons soutien-gorges tous les jours, je fais attention, je ne comprend pas..."

"Si je porte des soutien-gorges, c'est pour ne pas avoir les seins aux genoux dans 10 ans! Pour certaines filles que je connais, c'est déjà le cas!"

"Je ne crois pas que ce soit une bonne chose de vivre "seins libres" comme tu dis, si on a inventé les soutifs, c'est bien car les femmes en ont besoin!"

"Sans soutif, mes seins ballottent dans tous les sens... et ça fait vraiment trop moche!"

"Le sans-soutif, c'est pour les petites poitrines! Pour les autres, c'est no way!"

Réactions communes de femmes et adolescentes sur la pratique du "no bra"

Vous connaissez certainement bien ce genre de réactions... et peut-être que vous-aussi, vous y adhérez plus ou moins, non? Je vais tenter de vous expliquer au mieux pourquoi vous devriez arrêter de raisonner ainsi, revoir votre avis, pourquoi vous devriez simplement arrêter de porter des soutien-gorges, pour votre santé et votre bien-être :)

Un engrenage sans fin... ou presque!

Il est important de réaliser que toutes les affirmations citées plus haut, très rependues, sont malheureusement le résultat d'un véritable conditionnement psychologique fabriqué depuis l'enfance. En effet, la société inculque aux filles, dès l'adolescence et l'apparition des seins, de porter un soutien gorge. Cela bien souvent sans même leur demander leur avis ni les faire réfléchir quant à son utilité réelle. La "recommandation", ce "bon conseil de fille" est en fait une injonction sociale. Pour rammener dans le droit chemin les plus récalcitrantes, l'argument massue a de quoi faire peur :

"Si tu ne portes pas de soutien-gorge, tes seins vont tomber! Et de toute façon, même si tu n'aimes pas, c'est comme ça. C'est indécent de se montrer sans soutien gorge!"

Une maman qui pense bien faire pour sa fille

Message clair, brutal et sans alternative. Le discours heureusement bien sûr n'est bien sûr pas toujours exactement celui-là, hein! Il y a des manières plus adroites de le dire.

Un discours officiel culpabilisant

Voici un petit résumé illustrant en partie le discours mainstream :

"La jeune fille qui entre dans l'adolescence désire ardament se vêtir de la parure des femmes. Dans son groupe d'amies, la plupart en portent déjà... pourquoi pas elle? Pour s'intégrer avec les autres, il faut parfois se forcer un peu, adopter les codes du groupe. Et quand on résiste, il faudra affronter les moqueries et les regards désapprobateurs...

Pour devenir une femme, il faut accepter certaines choses, il faut par exemple accepter le soutien-gorge dans sa vie, qu'on l'aime ou pas. Et puis courir sans être soutenue, ça fait mal... Jour après jour, porter la parure des femmes devient une habitude, une fierté. Peu à peu, la poitrine s'étoffe... Désormais, il devient clairement impossible de s'en dispenser, sous peine de douleurs insupportables. La poitrine, symbole féminin par exellence, peut parfois aussi être un fardeau... La maturité apporte en quelque sorte sa rançon... les seins sont fragiles, il est nécessaire d'en prendre soin, de les protéger de la gravité... sans quoi ils tomberont inévitablement....

Et que dire des regards masculins! Impossible de laisser entrevoir un téton sans déclencher une émeute..."

Le mythe du soutien-gorge

Une réalité très différente du mythe

Tout le monde commençait à dormir là! Je me permet d'interrompre le discours officiel et bien-pensant. La réalité, ce n'est pas exactement comme ça... Le soutien gorge n'est pas seulement un accessoire de mode de notre époque... peu de gens semblent le comprendre, mais le soutien gorge rentre dans la catégorie des orthèses. Eh oui! Une orthèse est un dispositif médical utilisé pour soulager un mal, ou au moins soulager de ses symptômes, lorsque l'on observe un besoin réel. Une orthèse est souvent réalisée sur mesures, donc répondant à un besoin de manière personnalisée. Une orthèse soulage un mal, mais ne traite pas forcément ses causes (exemple des semelles orthopédiques).

Mais d'après vous, que se passe-t-il lorsqu'une personne porte une orthèse sans besoin réel? C'est simple : une fragilisation de l'organe protégé... porter une genouillère en permanence et sans besoin médical avéré fragilise le genou et des douleurs apparaissent! On ressent alors le besoin de porter en permanence cette orthèse, même si on n'en avait pas foncièrement besoin... autrement dit, il s'agit d'un processus de dépendance!

Venons-en au soutif! Comme nous le disions précédemment, le soutien-gorge est imposé de manière (quasi)systématique aux adolescentes et aux femmes, cela sans même évaluer la nécessité individuelle d'en porter! Absurde n'est-ce pas, quand on y réfléchit un peu? D'autant plus que jamais on a pu prouver sa capacité à protéger les seins de la ptôse, c'est même plutôt le contraire : plusieurs études dont celle de Jean-Denis Rouillon on montré que le port du soutien-gorge favorise la chute des seins! Mais nous allons y revenir...

En d'autre termes, le soutien gorge engendre à force de le porter une véritable dépendance physique. Une sorte de drogue en quelque sorte... d'où l'impression qu'on ne peut pas s'en passer! Vous découvrirez dans cette partie en quoi le vieillissement du sein est accéléré par le port quotidien du soutien-gorge, favorisant (entre autres) de facto sa chute...

Les effets du port du soutien-gorge sur la poitrine

Le sein est un organe étonnant, aux multiples facettes. Il en existe une très grande diversité de morphologies : formes, dimensions, volume, fermeté, aspect du mamelon et de l'aréole... bref, la diversité est la règle! En plus de l'injonction sociale que représente le soutien-gorge, une poitrine généreuse incite encore plusles femmes à en porter. On pourrait croire en cela qu'il s'agisse d'une nécessité absolue... pourtant, sachez que cela n'a jamais été démontré. C'est même tout le contraire!

Principe général : un organe qui ne travaille pas se fragilise...

De manière générale, tout organe qui ne travaille pas a tendance à se fragiliser, à s'étioler, à diminuer ses capacités de résistance et de fonctionnement. Le corps humain est fait pour travailler, pas pour rester immobile et passif... et malheureusement à notre époque nous manquons justement d'exercice! L'exercice physique au quotidien est bénéfique, et tout simplement indispensable pour rester en bonne santé sur le long terme.

Avez-vous déjà subi une fracture d'un membre avec l'obligation de porter un plâtre durant quelques semaines? Qu'avez-vous ressenti peu après l'enlèvement? Un bras, une jambe, etc, privé de ses forces! Effrayant sur le moment, la force et les aptitudes reviennent heureusement rapidement.

Les capacités cérébrales augmentent à mesure que l'on utilise son cerveau. Dans le cas contraire, une absence de stimulations favorise sur le long terme l'apparition de maladies neurodégénératives (Alzheimer, Parkinson, etc). Il est clair que pour vivre longtemps en bonne santé, il est préférable de rester actif.

Attention toutefois: l'exercice est bénéfique dans le cadre des bonnes pratiques (mouvements corrects, intensité, régularité, etc). Par exemple, des exercices de musculation mal faits ou un sport pratiqué à forte dose peuvent avoir des conséquences fâcheuses... il convient donc de toujours rester attentif et à l'écoute de son corps, ne pas forcer inutilement, et apprendre à saisir ses limites!

Porter un soutien-gorge n'a rien de bénéfique... au contraire!

Contrairement aux idées reçues, Le sein possède une aptitude naturelle pour se maintenir en place tout seul, il n'a pas donc pas besoin d'être porté voire immobilisé en permanence. Les mouvements spontanés de la poitrine représentent même une nécessité biologique afin que les seins restent en bonne santé. Dessinant un 8 horizontal (ou plutôt le symbole infini ∞) dans son parcours lors de la marche ou plus généralement de toute activité physique, ces mouvements circulaires sont bénéfiques aux seins car ils stimulent les tissus (en particulier les ligaments de Cooper) et de fait les renforcent. De plus, il s'agit du meilleur moyen d'assurer une circulation correcte de la lymphe dans la poitrine, assurant une prévention contre les kystes mammaires et bien d'autres pathologies.

Exemple d'auto-massage des seins, reproduisant les mouvements naturels, afin d'assurer la circulation la lymphe dans la poitrine. Sans soutien-gorge, les seins suivent naturellement le même circuit en forme de ∞ (symbole infini)

L'habitude de porter un soutien-gorge quotidiennement n'oblige pas le sein a suivre ce fonctionnement pourtant normal. Sans les stimulations de la pesanteur et toutes les forces de mouvements, les tissus s'étiolent, se ramollissent, le sein perd de sa vitalité... facilitant le déclenchement de la ptôse. Les symptômes, à savoir la ptôse, le basculement des mamelons vers le bas, l'élargissement du plis infra-mammaire (plis sous le sein), les vergetures, etc sont accentués. Dans la population générale, ces symptômes surviennent plus tôt et plus souvent qu'on ne le pense, même chez la femme jeune... en fait, ils peuvent même commencer dès l'apparition des seins, dès l'adolescence! Des phénomènes accentués, voire même occasionnés, par le port régulier du soutien-gorge...

Par ailleurs, il est bon de rappeler que la chute des seins ne concerne pas uniquement les grosses poitrines! Selon les constatations de Jean-Denis Rouillon au travers de son étude, à 25 ans, 1/3 des poitrines observées présentent des signes de ptôse! Ceci allant d'une légère sans gravité (un petit plis sous le sein) jusqu'aux plus prononcées. Au delà de prouver l'incapacité du soutien-gorge à remplir son rôle désigné, cette constatation est assez lourde de sens et devrait inciter les femmes à s'en libérer. Regardez autours de vous : il est évident que le soutien-gorge n'a jamais empêché certaines poitrines de s'affaisser...

Les seins présentés dans les magazines et dans les publicités sont là pour vendre, ils sont loin de refléter la réalité. Ces femmes sont choisies spécifiquement pour leur plastique suivant des critères particuliers, idéalisés. Quand elles ne correspondent pas exactement, il est alors très facile de modifier les images via des logiciels de retouche. Cette pratique est d'ailleurs honteusement fréquente... Notre perception du corps en est durablement altérée. Ces artifices concernent aussi la poitrine.

Porter un soutien-gorge est un faux besoin...

Étant donné la précocité de certaines ptôses, nous sommes en droit de nous poser une question légitime : la ptôse est-elle uniquement due à des facteurs génétiques? La morphologie des seins ainsi que la tendance à la ptôse en dépendent en grande partie, certes... mais tout réduire à cela serait nier l'importance de l'environnement et du mode de vie. Et dans cette catégorie, le soutien-gorge prend une place prépondérante dans la vie quotidienne des femmes. Porté une grande partie de la journée, parfois même la nuit (une pratique à bannir absolument!!), il contraint les seins à une pression permanente ainsi qu'à une forme qui n'est pas forcément la leur, mais auxquelles les femmes s'habituent...

À peine venus les premiers bourgeons de seins, le cover-up est de rigueur. La poitrine des adolescentes est enfermée dans des soutien gorges, par crainte qu'elle ne s'abîme et s'affaisse prématurément. Dans certains milieux (aux USA notamment) une extrême pudeur autour des seins, culturelle, oblige les filles à ne surtout rien montrer. Mon Dieu, un téton qui pointe! Comble de l'irrespect!

Pourtant, contrairement aux idées reçues, le soutien-gorge empêche le développement normal des mécanismes suspenseurs de la poitrine. En conséquence, le sein s'étiole, se ramollit et devient dépendant du soutien gorge... d'où la sensation de ne pas pouvoir s'en passer! Sensation désagréable certes, mais qui disparaît progressivement à mesure qu'une femme libère sa poitrine. En effet, tout organe du corps humain s'adapte aux contraintes de son environnement. Le sein n'exclue pas à cette règle générale et ses moyens de soutien se renforcent progressivement. Vivre seins-libres au quotidien est une attitude naturelle qu'une femme devrait avoir, afin de se réconcilier avec son corps.

Les armatures, pushup et rapprochement des seins : de réels dangers

Les armatures donnent une silhouette avantageuse, s'il on adhère bien sûr aux canons actuels de la beauté. Elles rehaussent la poitrine et lui donne une forme... pas toujours très naturelle! Pourtant, il s'agit bien là d'une des pires choses qui soit en ce qui concerne les soutien-gorge. Au niveau des armatures ont lieu des frottements excessifs, une irritation constante de la peau, parfois des blessures plus profondes dans les chairs. Ceci entaille jour après jour les seins, laissant de vilaines marques rouges... peu à peu, cette réaction cutanée provoque un basculement du sein.

Les armatures ne se contentent pas de blesser directement. La compression des seins est augmentée, d'autant plus s'il s'agit d'un soutien-gorge push-up. En lien direct avec ce qui a été dit précédemment concernant le système lymphatique entravé, ce n'est aucunement un hasard si davantage de kystes sont détectés au niveau des armatures.

Les soutien-gorges pushup compriment les seins sans commune mesure, les obligeant à adopter une forme qui n'est pas la leur, et à laquelle d'ailleurs aucune poitrine ne correspond naturellement. Il s'agit là d'une violence faite sur votre poitrine, qui étouffe pour des considérations d'ordre purement esthétique...

[image des marques]

Juste pour terminer cette partie en l'illustrant par un cas pratique du danger que peut représenter les armatures et les soutien-gorges déformants : en cas d'accident de la route, sous la pression très forte de la ceinture de sécurité (le poids des organes augmente rapidement suivant la vitesse lors d'un impact), l'armature peut se retrouver relevée avec force vers le haut, et agir comme un fil à couper le beurre sur le sein... En gros : un découpage/décollement partiel du sein... qui sans soutien-gorge n'arriverait pas, la ceinture glissant sur le sein sans retenue.

Plus généralement, en cas d'accident de la route, perte de connaissance, insuffisance respiratoire, etc, il est nécessaire de retirer le soutien-gorge afin de libérer les voies respiratoires. Un simple détail? Bien sûr que non! Les médecins savent d'expérience qu'un soutien-gorge peut entraver la respiration, surtout s'il est trop serré. Et c'est plutôt aux ciseaux qu'il sera enlevé, vu que le temps est compté et les risques pris s'il fallait déplacer la personne accidentée pour le dégrafer...

Alors, toujours envie d'avoir des armatures? Si vous voulez toujours mettre des soutien-gorge pour les raisons qui sont les vôtres, souvenez-vous : choisissez toujours un modèle sans armatures et respectant la forme de vos seins... Cela dit, sous pouvez aussi enlever celles qui existent. Certes, le rendu n'est pas le même, mais votre santé n'est-elle pas plus importante?

La génétique ne fait pas tout : vous pouvez agir!

Notre patrimoine génétique détermine entre autres la morphologie des seins (taille, forme, particularités...) et définit plus ou moins la tendance des seins à tomber avec les années. Cependant, il serait simpliste de tout réduire à une question de génétique. D'autres facteurs sont à prendre en compte, liés à notre mode de vie : qualité de l'alimentation, exercice physique, exposition aux perturbateurs endocriniens, etc. Les variations de poids au cours de la vie ont tendance à faire gonfler et dégonfler la poitrine... et en conséquence à la faire tomber. Les régimes accompagnés d'un effet yo-yo, avec des variations de poids en montagnes russes sont redoutables pour la tenue de la poitrine et sont à éviter absolument.

Loin de l'idée de chercher à culpabiliser (la culpabilité ne résout pas les problèmes de toute façon), il revient à chacune (et à chacun au sens général) de s'investir pour sa santé et son avenir... personne ne pourra le faire à votre place! Pour plus de détails sur la bonne conservation des seins, vous pouvez directement vous rendre à la partie "Comment avoir de beaux seins?"

Le soutien-gorge ne peut pas s'adapter à toutes les poitrines !

Peut-être êtes-vous confrontée à ce problème qui concerne beaucoup de femmes : vous avez bien des difficultés à trouver un soutien-gorge qui convienne vraiment à votre poitrine. Lorsque l'on sort des sentiers battus, en tout cas de la vision de la poitrine par les industriels de la lingerie, il devient difficile de trouver son bonheur... ou alors il faudra se résigner à mettre quelque chose qui ne va pas, par défaut. Ce qui peut tourner au cauchemar! Lorsque vous faites un bonnet B/C avec des seins bien ronds, comme dans les magazines, c'est un boulevard de choix qui s'offre à vous.

En revanche, si vous n'entrez pas dans ce schéma simpliste, tout se complique : il va falloir faire le tour des boutiques, ou sur internet, pas forcément de votre plein gré, pour trouver la perle rare qui conviendra (mais avec un prix pas forcément agréable dans le cas des très gros bonnets par exemple). Cette situation désagréable est vécue par beaucoup de femmes. Cela s'explique en partie par le fait que les marques peuvent ignorer ce que la notion de confort peut bien vouloir dire, en privilégiant l'apparence sur le bien-être. Il y a aussi la quête de profit. Rappelons au passage que le principe d'une entreprise, c'est quand-même de gagner de l'argent, si elle en perdait, ça ne tiendrait pas longtemps. Le problème, c'est que beaucoup de grandes marques, en plus de se faire beaucoup d'argent sur votre dos (ou sur vos seins si vous préférez) en faisant fabriquer les soutien-gorges en Asie pour une misère et les revendant jusqu'à prix d'or, se permettent de négliger les grandes tailles et tous les seins un peu différents. Les grandes marques privilégient les seins ronds et réguliers... Ça, vous le savez mieux que moi...

Certes, vous me direz : oui mais heureusement ça change tout doucement sous l'impulsion des consommatrices qui commencent à râler (et aussi à se poser des question sur l'usage du soutien-gorge en lui-même). C'est vrai, et c'est tant mieux! De nouvelles marques récentes proposent des soutien-gorge différents et plus respectueux des courbes féminines réelles. Il existe aussi la possibilité de faire fabriquer son soutien-gorge sur mesures. Très bien aussi, mais on s'en doute, tout travail mérite salaire et cela se paye pour être tranquille. Et il vous en faudra plusieurs pour ne pas user le seul qui soit vraiment bien... Mais tout cela dit, était pour poser le contexte. J'en viens à ce que je voulais vous dire.

Il faut le redire encore : les seins sont très variées, en forme, en volume et dans tous les autres détails qui les rendent si uniques et charmants (tétons, mamelons, etc). Des seins avec une morphologie particulière ou trop hors des normes habituelles ne peuvent pas rentrer correctement dans un soutien-gorge, à moins d'être inconfortable. Le problème de fond est là, et il est loin d'être anodin! Cependant vous l'aurez compris tout au long de freetheboobies.fr, se passer de soutien-gorge, ce n'est pas du tout la fin du monde, loin de là! Il vaut mieux s'en passer que de souffrir le martyr inutilement!


Femmes & soutien-gorge : les raisons du divorce enfin révélées!

Voici quelques cas concrets qui posent des soucis d'incompatibilité importante avec les soutien-gorges :


Comme beaucoup de femmes, si vous remplissez une ou plusieurs de ces conditions, il faudra bien vous rendre à l'évidence : les soutien-gorges ne vous conviennent pas. Ne soyez pas triste, ce n'est pas un mal, bien au contraire! Cela vous simplifiera grandement la vie! Nous verront pourquoi juste après. Apprenez à vivre sein libres, vous sentirez rapidement la différence : une vraie libération! De nombreux accessoires et astuces très simples peuvent vous rendre la vie bien plus facile, n'hésitez pas à revenir en page principale pour découvrir ces conseils.

Les ligaments de Cooper : le soutien-gorge naturel !

Les ligaments de Cooper sont présents naturellement pour maintenir la poitrine dans ce qui s'apparente à un "filet suspenseur". Il s'agit du soutien-gorge naturel des seins, capable de soutenir leur poids, même en mouvement (plus ou moins bien selon les personnes). En d'autres termes, les ligaments de Cooper contribuent dans une part importante à maintenir la structure du sein. Il s'agit d'un réseau/maillage de fibres de collagène. Ces fibres sont plus fines que la plupart des autres ligaments, néanmoins elles bénéficient d'une bonne résistance à l'étirement, comme le montre le travail de Jean-Denis Rouillon. La nature est bien faite!

Conférence de Jean-Denis Rouillon (UFC) : « La fragilité du sein revisitée ».

Avec l'âge, le relâchement naturel des ligaments de Cooper, au même titre que la peau, fait descendre le sein. Hélas, vous n'y pouvez rien, c'est ainsi... Bien entendu, avec l'idéologie du progrès et l'ignorance, l'humain n'a pas résisté à l'envie de soutenir l'organe qui n'en avait pas besoin, pire, qui en réalité ne devait pas être soutenu. Porter un soutien-gorge régulièrement relâche progressivement les ligaments de Cooper et facilite la chute des seins. Évidement, les conséquences au bout de quelques années sont variables d'une femme à l'autre. Certaines poitrines garderont leur aspect normal comme si elles n'étaient pas maintenues, d'autres au contraire vont se relâcher bien plus vite que si elles restaient libres...

Pour plus d'informations, voici quelques pages wikipédia (en anglais) qui constituent un bon résumé. Je vous encourage à les lire:

L'argument des tribus indigènes

Ont-elles vraiment toutes les seins qui tombent au nombril?

J'aimerai parler d'un argument très énervant, en plus d'être fallacieux. Il existe malheureusement un argument/idée reçue, que j'appellerai argument des tribus indigènes, selon lequel les femmes des tribus indigènes auraient toutes les seins pendants (limite au nombril), soi-disant du fait qu'elles n'aient pas accès au soutien-gorge, le supposé saint-sauveur-des-mamelles, accessoire de la modernité occidentale.

Pour être direct et précis : l'argument des tribus indigènes est totalement fallacieux. Il repose sur l'ignorance, volontaire ou non, saupoudré parfois d'une certaine forme d'hypocrisie... ainsi que sur l'occultation des conditions de vies de ces tribus, qui ont des conséquences sur l'apparence corporelle. Commençons par une petite analyse rapide de langage : les tribus indigènes... mais de qui parle-t-on au juste? Il y existe tellement, elles sont si variées, avec chacune leur coutumes et manières de vivre... les mettre dans le même panier a relève du grotesque. D’ailleurs, toutes n'ont pas les seins qui tombent...

image femme himba

Une jeune femme de la tribu des Himbas, en Namibie (trouvée ici) N'a-t-elle pas une belle poitrine? Pourtant, elle n'a jamais porté de soutien-gorge et n'a pas la même vie que nous!

Pourquoi certaines alors ont les seins tombants?

Les seins tombants et et/ou abîmés chez les femmes des tribus n'ont rien de systématique. Il ne s'agit pas d'une malédiction infligée aux femmes restées proches de Mère Nature. Un bref rappel de quelques conditions de vies qui fatiguent la poitrine :

[image] rungri : le bandage des seins vers le bas

Technique du rungri : le bandage des seins vers le bas, pratiqué dans certaines régions d'Afrique. Le but est d'allonger les seins afin de pouvoir allaiter les enfants portés dans le dos.

Une question de regard...

Comment peut-on raisonnablement comparer leurs modes de vie avec le notre? Ce qu'elles supportent n'a strictement rien à voir avec notre petite vie confortable où nous avons théoriquement tout à disposition, même des choses pas foncièrement utiles. Par ailleurs, cela ne doit pas nous faire oublier que toutes ces femmes n'ont pas toujours les seins qui tombent (rappel de la photo plus haut).

D'autre part, je me permets de poser une question simple : les françaises et les européennes ont-elles toujours des seins "idéaux", correspondants à NOS critères de beauté? Loin, très loin de là, mesdames et messieurs, détrompez-vous...! Ce que nous pouvons voir dans les magazines de mode valorise un certain type de morphologie, mais qui n'est pas représentatif de la population générale, d'où un sentiment de frustration pour celles qui n'y correspondent pas. Vu l'omniprésence de ces modèles imposés dans les publicités, on atteint un niveau d'intoxication mentale! Les seins des européennes et des femmes occidentalisées, comme dans le monde entier, connaissent une grande diversité, et ils peuvent à ce titre aussi être plus ou moins tombants bien avant 30 ans... Il est donc important de ne pas trop idéaliser et de se fourvoyer. Revenons à la réalité! Aimons les seins tels qu'ils sont!

Pour aller plus loin dans la réflexion

"Les seins qui pendouillent, mais ça fait vraiment trop moche! Faudrait lui dire de mettre un soutif quoi !"

Réaction relou

Voila ce que l'on peut parfois entendre. Aujourd'hui des seins qui ballottent chez une femme, c'est mal vu (mais j'aimerai qu'on me dise : est-ce réellement le cas? et par qui?). Je vous invite sincèrement à réfléchir à cette conception des choses... Car premièrement, le mouvement des seins est quelque chose de tout à fait normal. Il est même carrément nécessaire pour que la lymphe circule correctement dans la poitrine, c'est une question de santé!

POINT PRATIQUE :

Au passage, rappelons que quel que soit le volume de la poitrine, la posture de la femme (et de l'humain en général) est importante afin de respecter les équilibres du corps, sans quoi des douleurs importantes dans le dos apparaissent...

Bien droite, le sein repose sur la cage thoracique. En se tenant voutée, chez la femme les seins sont suspendus "dans le vide" et vont de facto un peu plus ballotter... Donc on se redresse tout le monde!

De façon générale, les hommes comme les femmes, il faut reconnaître que nous prêtons une attention un peu disproportionnée aux seins... ou plus exactement, mal orientée. Cette obsession à vouloir maintenir et cacher la poitrine sous-entend qu'avoir des seins serait en soi un problème, voire une forme d'infirmité... et qu'il faille se donner pour obligation morale d'en palier la faiblesse constitutive, en affublant systématiquement la femme d'une orthèse compensatrice...

Dans les faits, le sein est sensible oui certes, mais il n'est aucunement un organe fragile pour autant... La manipulation des masses permet de suggérer des comportements anti-naturels aux individus... allant souvent aujourd'hui dans le sens de la consommation de biens et services, au bénéfice de l'industrie textile et de la lingerie dans notre cas, sans foncièrement se soucier de la santé!

Le business du sein

De toute évidence, récement dans l'Histoire, tout ce qui tourne autours des seins est devenu un business trèèèès lucratif! Ils s'agit de milliards d'euros, rien que pour le secteur de la lingerie. Dans ce système, l'importance tout à fait légitime que les femmes prêtent à leur poitrine est utilisée, récupérée, détournée à des fins essentiellement mercantiles. Un bref aperçu de cette marchandisation à outrance :

Avons-nous réellement besoin de tout cela...? Grâce aux seins des femmes, il y a toujours moyen de se faire de l'argent... mais jusqu'où descendra-t-on pour satisfaire le business? Tout ce commerce repose en grande partie sur la culpabilisation des femmes quant à l'aspect de leur poitrine : elle doit toujours être ceci, cela, pour entrer dans les normes, voire être "parfaite"! Or la réalité, c'est que toutes les poitrines sont différentes et très variées!

Le soutien-gorge, un générateur de complexes pour les femmes

Expliquez-moi : comment une femme peut-elle accepter pleinement sa poitrine en étant constamment confrontée à un double-jeu de pudeur/séduction? Avec des injonctions irréalistes? Le sein que l'on ne saurait voir est invité à rester caché en toutes circonstances, alors qu'il est une des parties du corps féminin les plus belles.

/!\ Une partie prochainement disponible traitera de la question des dégâts psychologiques liés au soutien-gorge... et je vous promets que ça va tout casser ;)

Comment avoir de beaux seins?

Nous avons vu que les soutien-gorges ne garantissent pas d'avoir une poitrine ferme et qui le reste au fil des années. Au contraire! Le soutien-gorge est un acteur majeur du vieillissement de la poitrine. Après cette révélation et quelques saines réflexions, je vous propose de poursuivre votre découverte en direction d'un sujet qui vous préocupe toutes... comment avoir de beaux seins? :-)